agroalimentaire : UNE INDUSTRIE EN ÉBULLITION

Dans un marché saturé et hautement concurrentiel, l’industrie alimentaire alsacienne est contrainte d’innover et d’exporter pour gagner en compétitivité. La bataille est mondiale, mais elle doit d’abord se gagner localement. L’ARIA ALSACE (Association Régionale des Industries Alimentaires) a donné l’impulsion en créant un laboratoire D'INNOVATIONS ALIMENTAIREs. Stimulées par ce « Food Studio », les entreprises redoublent d’idées et de créativité. dossier réalisé par Éric Pilarczyk

Repères

150 entreprises

L’industrie alimentaire est le deuxième secteur industriel en Alsace et regroupe plus de 15 000 emplois. 150 entreprises de ce secteur sont aujourd’hui affiliées à l’ARIA Alsace.

9 % de l’export

En 2010, une industrie familiale et dynamique : 80 % de PME, 450 millions d’€ investis en quatre ans, et plus de 9 % du volume des exportations régionales.

 

Quels que soient la taille ou le secteur, la créativité et l’innovation sont les conditions essentielles de la croissance. Sans innovation, pas de nouveaux produits ou de nouveaux services, pas d’économie collaborative. » C’est ce que pense Sylvie Schott, directrice générale de l’ARIA Alsace, qui ajoute même que la créativité doit être une posture permanente dans l’entreprise et être encouragée, quelle que soit la conjoncture économique. « C’est encore plus vrai dans l’industrie alimentaire car les habitudes de consommation évoluent vite, les exigences de santé publique poussent à revisiter les pratiques et les nouvelles technologies bousculent les codes. » Véritable aiguillon, depuis 22 ans, d’une industrie puissante employant plus de 15 000 personnes, l’ARIA Alsace a de l’ambition pour le secteur qu’elle représente. « Un changement de cap a été opéré en 2008, en lien avec le plan de redynamisation de l’économie régionale initié par la Région Alsace, reprend Sylvie Schott. Trois axes stratégiques ont été identifiés : innovation, nutrition, export. À la clé, une série d’actions, comme la création d’un guichet unique pour l’export avec la CCI, la labellisation de l’ARIA Alsace en grappe d’entreprises et la déclinaison d’une marque-bannière « Savourez l’Alsace ». Une plateforme digitale commune aux entreprises qui accrédite quelque 2 500 produits d’une cinquantaine de PME, relaie les offres promotionnelles et diffuse les bonnes recettes.

© 128DB

Culture du changement

Le tournant de l’innovation, soutenu fortement par la Région Grand Est, a été amorcé en 2012 avec la mise en œuvre du programme NOVIAA associant une équipe de consultants. Son but : aider les entreprises à structurer leur stratégie d’innovation et mieux appréhender la culture du changement. « Il s’agit d’un accompagnement à la méthodologie, de la conception du produit ou du service jusqu’à la phase d’industrialisation et la mise sur le marché, souligne Sylvie Schott. La démarche est collective et associe un groupe d’entreprises qui travaillent sur la créativité et la stratégie d'innovation. » Plus de 45 entreprises pionnières ont déjà suivi cette formation. L’ARIA Alsace est allée plus loin en développant un nouvel outil : un laboratoire d’innovations alimentaires destiné à guider les industriels dans leur processus de création et ainsi accélérer leurs performances. Il s’agit du « Food Studio » : un laboratoire professionnel virtuel, accessible aux entreprises qui ne disposent pas de moyens suffisants pour développer de nouveaux produits, recettes, conditionnements ou process. Les équipementiers régionaux et les organismes institutionnels comme Aérial - un centre de ressources technologiques et de recherche consacré à l’agroalimentaire -, ainsi que les lycées hôteliers sont associés au projet pour optimiser les conditions techniques du « Food Studio ». Un espace dédié - aménagé au sein du laboratoire départemental d’analyse - complète cet écosystème et permet de travailler sur l’innovation en emballage. En projet également : la création d’un pôle de science et culture alimentaire conçu comme un lieu d’échanges, de débats et de conférences autour des enjeux et des perspectives de l’industrie alimentaire.

Les startups investissent le secteur

« Cette boîte à outils de l’innovation alimentaire qu’est le « Food Studio » doit aider les entreprises à regagner de la compétitivité et inscrire le secteur alimentaire dans la création de valeur et d’emplois durables, résume la directrice de l’ARIA Alsace. Pour mettre toutes les chances du côté des entreprises, nous nous sommes entourés d'experts spécialisés dans les différents domaines de l'innovation. L’intérêt, c’est aussi de rapprocher les jeunes pousses et les industriels dans une dynamique d’innovation. » De fait, les startups investissent le secteur alimentaire et révolutionnent un univers traditionnel. Il y a celles qui se positionnent en amont de la filière et développent des outils et solutions pour les producteurs, et celles qui se placent en aval en s’intéressant aux consommateurs et aux modes de diffusion des produits. Cet écosystème foisonne d’idées et de concepts innovants, capables notamment de séduire à l’international. Qu’il s’agisse d’emballages connectés, de productions personnalisées, de nouveaux process et de nouveaux produits intégrant moins d’additifs, moins d’allergènes et plus d’ingrédients naturels et toujours autant de goût, ou encore de nouvelles techniques de conservation des aliments, sans oublier la chaîne logistique et l’impression 3D. Une effervescence soutenue par l’ARIA Alsace qui veut faire croître le chiffre d’affaires de la branche de 5 % en 2017, lancer cinquante produits innovants et créer 1 000 emplois nouveaux.

ARIA Alsace • Maison de l’Entreprise • 27, avenue de l’Europe à Schiltigheim • 03 88 35 40 63 sschott@aria-alsace.comwww.aria-alsace.com