Vers un marché de l’emploi à 360° au sein de l’Eurodistrict

Le Club d’Affaires Franco-Allemand du Rhin Supérieur et la CCI ont organisé, le 16 novembre dernier, dans le cadre de la Semaine de l’Entrepreneur Européen, une soirée-débat dédiée au marché du travail transfrontalier et aux opportunités d’embauche en Allemagne.

Avec un taux de chômage de 3,3 %, les employeurs allemands ont du mal à recruter. Dans l’Ortenau, 3 000 offres d’emploi dans des secteurs d’activités aussi divers que la restauration, la logistique, le transport, le bâtiment… restent tous les mois en panne de candidats, et vu la courbe démographique, la tendance risque de s’accroître. Face à cette réalité, Français et Allemands ont élaboré des projets ensemble pour à la fois réduire le chômage en Alsace et fournir les entreprises d’outre-Rhin en demandeurs d’emploi. Ainsi en 2013, a ouvert à Kehl le seul service de placement transfrontalier où les conseillers de Pôle Emploi et ceux de l'Agentur für Arbeit travaillent de concert. « Nous avons déjà inséré 1 200 chômeurs alsaciens. Nous sommes contents, mais nous pourrions en placer nettement plus », explique Horst Sahrbacher, responsable du service de placement transfrontalier à l’Agentur für Arbeit. La raison essentielle : le manque de candidats.

L'Eurodistrict Strasbourg-Ortenau regroupe 107 communes, 914 300 habitants sur 2 369 km2. © Philippe Stirnweiss pour Strasbourg Eurométropole

Aussi pour les non-germanophones

Traverser le Rhin dans le sens ouest-est pour aller travailler effraye encore la majorité des Français. Les obstacles sont nombreux. Le plus important d’entre eux est celui de la langue. « Le bilinguisme est en perte de vitesse, notamment à cause de la disparition de la pratique du dialecte alsacien par les jeunes générations. Autre obstacle, la différence entre les systèmes de qualification professionnelle et les formations de part et d’autre du Rhin. Si pour un jeune Français, il n’est pas pensable de faire carrière sans études, c’est possible en Allemagne : c’est l’entreprise qui vous forme », constate Horst Sahrbacher. Et Ivane Squelbut, responsable à Pôle Emploi du service de placement transfrontalier de Kehl, d’ajouter : « Tout le monde parle du transfrontalier. C’est une réalité pour les loisirs et le shopping, mais pas encore pour l’emploi. Ce n’est pas toujours concret pour les gens. L’enjeu est donc de rendre cette zone d’emploi accessible. Notre service de placement illustre bien cette problématique : nous ne parlons jamais de transfrontalier, nous travaillons ensemble dans un espace commun. » Et de conclure : « Vous pouvez trouver un job à différents niveaux de qualification et de connaissance de la langue allemande, car le vocabulaire utile s’apprend très vite sur le terrain et grâce à des cours de langues proposés dans le cadre du programme européen Réussir sans frontière. » ANNE HERRIOT

Service de Placement Transfrontalier Strasbourg-Ortenau Bahnhofsplatz 3 à Kehl service-strasbourg-ortenau@arbeitsagentur.de www.arbeitsagentur.de Pôle Emploi Alsace • Marlyce Breun, directrice stratégie et relations extérieures • 03 88 10 88 03 marlyce.breun01@pole-emploi.fr